Hôpital Universitaire Grand Paris Nord et COVID-19 : ajout de 3 unités d’hospitalisation supplémentaires au programme de l’hôpital

Un site utilisant le Réseau AP-HP

Campus Hospitalo-Universitaire Grand Paris-Nord

Hôpital Universitaire Grand Paris Nord et COVID-19 : ajout de 3 unités d’hospitalisation supplémentaires au programme de l’hôpital

Alors que le projet connaissait au printemps dernier un ralentissement lié à la pandémie, il a bénéficié début novembre d’arbitrages positifs. L’important travail de documentation et de retour d’expérience post-COVID mené au sein des hôpitaux Bichat et Beaujon sur les besoins en hospitalisation mis en lumière par la pandémie a en effet été soumis aux autorités publiques dès le début de l’été. 70 millions d’euros supplémentaires ont ainsi été accordés au projet pour en financer les adaptations nécessaires. [lire Pour le campus, quels enseignements tirer de la crise COVID 19 sur le projet hospitalier ?]

Ces 70 millions d’euros vont financer 3 unités d’hospitalisation supplémentaires au sein de l’hôpital nord. Ces unités représentent environ 90 lits et s’ajoutent aux 20 unités déjà prévues. (A lire la synthèse du Programme Technique Détaillé actualisé).

Interrogés en juillet 2020, les architectes ont dû compléter leur projet pour préciser comment ajouter des lits supplémentaires à leur bâtiment tout en lui conservant un fonctionnement optimal et une bonne intégration dans la ville. Le bilan de la crise a également révélé que la possibilité de transformer certains espaces (halls d’entrée, zones d’accueil d’urgences, certaines grandes circulations, parkings) pour des usages non prévus en temps normal, était un atout majeur d’adaptabilité des hôpitaux. La capacité des candidats à apporter des réponses opérationnelles sur ces questions est évaluée dans le cadre du concours par les groupes d’analyse.

Evolution des lits et places de l’hôpital Nord au regard de la crise COVID

L’ajout de 3 unités d’hospitalisation supplémentaires porte les capacités totales de prise en charge au sein du campus (incluant l’hôtel hospitalier) à plus de 1 200 lits et places, et en période de tension (pandémie, grippe hivernale, etc.) à plus de 1 300 lits et places. En cohérence avec l’évolution des prises en charge vers plus d’ambulatoire et de lien avec la ville, le nombre de lits et places disponibles dans l’hôpital nord est de -18% par rapport aux capacités actuelles de Bichat et Beaujon. Avec les lits en hôtel hospitalier, il n’est plus que de -7% et en cas de tension, la transformation de chambres seules en chambres doubles offre un capacitaire équivalent à celui existant.

Retrouvez ici en PDF le schéma d’évolution des capacités en lits de l’hôpital Nord – Enseignements du COVID-19


Focus : hôpital Nord et évolution des prises en charge

Le nombre de lits et places du futur hôpital reflète l’évolution des modes de prise en charge et des parcours des patients entre la ville et l’hôpital, de plus en plus diversifiés (prises en charge en hôpital de jour autant que possible, santé connectée, hébergement à l’hôtel hospitalier). A l’instar des coopérations en cours avec les professionnels de santé de ville, notamment de Saint-Ouen et de Paris 18è, le futur hôpital nord devra notamment s’articuler avec les offreurs de soins du territoire (développement de l’Hospitalisation à Domicile -HAD et des soins infirmiers à domicile – SIAD, coordination avec les professionnels de santé en ville, Soins de Suite et Réadaptation – SSR).

Les hôpitaux Beaujon et Bichat travaillent déjà à l’accompagnement de ces évolutions : la prise en charge en chirurgie ambulatoire a progressé de 23% en 5 ans et une nouvelle réflexion s’engage sur les activités chirurgicales et les conditions pour son évolution positive d’ici à l’ouverture du campus ; l’hôtel hospitalier est expérimenté depuis 2018 pour les patients de Bichat et plusieurs services de chirurgie des deux hôpitaux se sont engagés dans la mise en place de la réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) qui permet au patient de récupérer plus rapidement après une opération, de plus en plus de médecins partagent leur exercice entre l’hôpital et la ville.

Le projet Campus Nord continue de progresser dans le calendrier prévu. Il fera l’objet de réflexions qui permettront d’en affiner les contours et ce, dans un contexte de fort soutien du ministre de la Santé à l’hôpital public. Le développement d’un projet d’offre de soins complémentaire à proximité immédiate de l’hôpital ou la réflexion sur les effectifs au regard des lits supplémentaires qui viennent d’être accordés sont autant de chantiers à ouvrir. Se poursuivront en parallèle les nombreux projets qui nous permettent d’envisager avec confiance l’hôpital du futur (développement de la santé connectée, de l’ETP – éducation thérapeutique du patient, du recours à l’HAD et au SIAD, des partenariats avec les SSR…).